Kimagure OrangeRoad

 

"Forever Kimagure Orange Road..."

 

par Jingo

 

Le bureau de Madoka
- Sweet Memories -

C'est par lui que tout a commencéLa résidence des KasugaKimagure Orange Road... un nom qui m'évoque beaucoup de choses : des pensées, des sentiments, des souvenirs également. En fin de compte, cela fait longtemps que je connais cet animé, l'ayant découvert lors de sa diffusion sur La 5 en 1991. Je l'ai toujours aimé, malgré le fait qu'il n'a pas toujours été mon animé préféré, comme aujourd'hui. J'aimais bien le style "romantic-comedy" de la série qui changeait un peu de ce que l'on pouvait voir.

En effet, Orange Road marie à merveille humour, science-fiction et romantisme. Bien qu'il puisse apparaître à un néophyte comme à priori banal et sans rien de particulièrement accrocheur, cet animé a séduit bon nombre d'entre nous par son charme. Car c'est par son charme que KOR retient l'attention, et nous prend petit à petit "au piège".

Kyosuke de bon matin, pas toujours très réveilléHikaru et Madoka : amies depuis l'enfanceMais si je connaissais l'animé depuis longtemps, c'est en lisant le manga que j'ai appréhendé KOR tel qu'il était vraiment. Bien qu'un peu rebuté au début par la qualité des dessins (bien inférieure au travail d'Akemi Takada), j'ai retrouvé cette atmosphère propre à KOR que j'aimais tant. Puis les dessins et le design des personnages s'améliorent. On lit avec grand intérêt les 156 histoires imaginées par l'auteur, Izumi Matsumoto, jusqu'à la fin. Une fin différente de celle de l'animé et très émouvante. J'ai beaucoup aimé la fin du manga parce qu'elle répondait pour moi à des questions que l'animé laissait en suspens. Je me souviens avoir lu le dernier volume du manga un dimanche matin et avoir été profondément marqué, et ému, notamment par les dernières phrases de Kyosuke tout à la fin.

 

Hikaru Hiyama

Madoka Ayukawa

Kyosuke Kasuga

The

Love

Triangle

Hikaru pensiveMadoka et son chapeau de paille rougeIl faut admettre que c'est par les personnages que l'histoire est passionnante. C'est parce que l'on s'intéresse aux personnages et à leur devenir, que les événements et les répercutions qu'ils peuvent avoir sur les relations entre eux, tiennent le spectateur en haleine. Hikaru Hiyama, sa joie de vivre, sa sensibilité, son exubérance la rendent adorable. Kyosuke, son extrême gentillesse qui fleurte parfois avec la naïveté, son indécision, sa maladresse, ses gaffes, autant de défauts qui contribuent à le rendre plus humain aux yeux du téléspectateur. Ce sont les défauts de Kyosuke et sa gentillesse qui le rendent sympathique et attachant. L'importance de ce personnage a, à mon goût, été trop longtemps sous-estimée : car c'est par son arrivée et sa présence que tout changera : le comportement d'Hikaru, celui de Madoka et la façon dont les autres vont considérer cette dernière par la suite. C'est finalement le personnage qui semble être le moins charismatique qui influencera les autres et fera que KOR sera ce qu'il est. Et comment parler de KOR sans parler de Madoka Ayukawa ! Dire que Kimagure Orange Road n'a d'intérêt que parce qu'il y a Madoka serait faux. Cependant, il faut reconnaître qu'elle y est pour beaucoup. Madoka a su tous nous envoûter par sa féminité, son Une photo de Madokacaractère, tous ses talents, sa personnalité complexe et par son côté secret et mystérieux. Madoka Ayukawa est aux antipodes des stéréotypes. Il est loin de ne s'agir que d'une pin-up qui n'aurait d'attirant que son physique. Elle est envoûtante, et fascine. On aime également son style, la manière dont elle s'habille, mais surtout sa façon d'être, sa personnalité et son Un visage expressif qui en dit long... caractère (bien trempé !) dont découlent des expressions et des mimiques bien particulières. On apprécie d'autant plus qu'elle est assez réservée et secrète en temps normal. Elle dévoile très difficilement et très rarement ce qu'elle ressent. Enfin, si Madoka est une fille capable de se défendre par ses propres moyens, c'est également une artiste accomplie, héritant du talent de ses parents musiciens. Elle sait jouer du piano, du saxophone (de la guitare également dans la série ) et chante comme un ange selon les dires de Kyosuke, et je confirme à l'écoute de quelques morceaux tels que "Whispering Misty Night" ou "Koyoi rendez-vous". Je crois que l'on peut dire que Madoka a une véritable aura de star ! De plus, il est intéressant de constater que bien des personnes qui ne sont pas particulièrement fans de l'animé reconnaissent qu'elles ont un faible pour ce personnage. Comment mieux illustrer ce phénomène que par le fait qu'elle est pratiquement considérée par beaucoup d'entre nous comme une personne réelle ?

Le triangle et les autres amis voyagent souvent en groupe
Les principaux personnages de la série

Madoka, Kyosuke et Hikaru, le triangle amoureuxLe triangle qui nous captivera jusqu'au bout est ainsi formé. La période où Hikaru, Madoka et Kyosuke passeront pleins de bons moments tous les trois, inséparables, constitue pour nous les fans, la "période dorée" de Kimagure Orange Road. On ne se lassera pas de les voir ensemble. On regrettera simplement que les scènes l'illustrant soient trop rares. Malgré tout, c'est la relation entre Kyosuke et Madoka qui maintient le téléspectateur en haleine. On se demande au début ce que peuvent ressentir les personnages, pourquoi ils font telle chose ou ils ne font pas telle autre... On est amené à douter parfois, et l'évolution des relations entre le triangle, mais plus particulièrement Kyosuke et Madoka, est passionnante.

Le TriangleNe négligeons pas cependant l'importance des personnages secondaires qui ne sont pas de simples figurants et dont la présence ne peut pas se résumer, à mon sens, à un rôle purement et simplement humoristique ou anecdotique. Kurumi, Manami, Komatsu, Hatta, Yuusaku, Master ont bel et bien leur place attitrée dans KOR et un rôle à y jouer. Selon moi, ils contribuent à ce qu'il y a de bien dans cet animé/manga, à cette ambiance agréable, à apporter une touche d'humour et de bonne humeur, leur présence est pour moi indispensable, et apporte un réel plus à l'animé.

 

A la pause de midi, les couloirs du lycée

La bataille quotidienne pour le fameux cut-sand !

Le couloir du lycée à l'heure de midi

La bataille pour le fameux Cut-sand

Kyosuke, employé à l'AbcbSi l'histoire est, sous certains aspects plutôt réaliste (elle se déroule à notre époque et la plupart des événements qui s'y produisent n'ont rien d'extraordinaires), KOR intègre une part de science-fiction avec les pouvoirs de la famille Kasuga et ce qui tourne autour : voyages temporels, téléportations, télékinésie, etc... Le Pouvoir et son utilisation contribue parfois à donner un côté humoristique à l'histoire, ou cocasse aux situations. Mais il sert aussi de base au scénario de certains épisodes, nous faisant parfois envisager des relations différentes entre les personnages en dehors de leur contexte habituel. L'utilisation du Pouvoir, les conséquences qu'elle peut avoir, peuvent faire l'objet de véritables réflexions. Si on peut penser au départ que le Pouvoir n'existe que pour donner de l'intérêt à l'histoire et la rendre plus attrayante, on s'aperçoit bien vite qu'il a une importance capitale dans certains cas, permettant à Kyosuke de se sortir de situations impossibles, ou bien de se mettre dans des situations délicates ou inconfortables. Le Pouvoir est donc à double tranchant selon l'utilisation que Kyosuke en fait et selon le contexte. Il peut être considéré en quelque sorte comme une alternative pour Kyosuke aux limites physiques que lui impose son humanité. Il peut lui être également utile dans ses histoires de coeur, bien que là en principe, il ne lui soit généralement d'aucun secours. Il est intéressant de constater que ce n'est pas grâce à ses pouvoirs extra-sensoriels que Kyosuke intéresse KyosukeMadoka, contrairement à Hikaru, à l'origine. Hikaru voit en Kyosuke un surhomme, un "Superman" bourré de qualités. Elle cristallise l'image qu'elle a de son "darling" et le voit tel qu'elle a envie de le voir (ce qui ne change rien à la sincérité de ses sentiments).

Madoka, quant à elle, est tout à fait consciente des défauts de Kyosuke, de sa maladresse, de son indécision, mais c'est un petit peu cela qu'elle trouve attendrissant en lui. Elle aime le fait qu'il soit différent des autres, qu'il ne soit pas le genre de garçon prétentieux, dragueur et sûr de lui. Il est au contraire : doux, sincère, sensible. Elle aime ses qualités, car il possède en dépit de tous ses défauts, des qualités humaines essentielles, celles qui viennent du coeur.

 

Le grand escalier

Green Castle, la résidence des Kasuga

La salle de classe vide...

Le célèbre : Grand escalier

La résidence : "Green Castle"

La salle de classe vide...

Les casiers de l'écoleUn couloir vide du lycéeMais KOR c'est surtout une ambiance bien particulière. Selon moi les décors de l'animé y sont pour beaucoup. S'il y a bien quelque chose qui passe inaperçu dans l'animé, j'ai l'impression que ce sont les décors. Ils sont pourtant superbes, et reflètent parfaitement ce sentiment de calme, de tranquillité que l'on ressent : les casiers de l'école éclairés par la lumière du soleil couchant, les bureaux des élèves, les couloirs vides, ou encore de manière un peu plus évidente : l'ABCB, le parc ou la plage, bien sûr...

Je ne parle même pas du grand escalier qui a un rôle clef et symbolique dans l'histoire. Ces quelques images qui semble être d'un banal déroutant, qui passent totalement inaperçues la plupart du temps, Sound Color 1sont pour certaines vraiment magnifiques et distillent dans l'ambiance toute une impression de paix. Ne vous est-il jamais arrivé de vous attarder à regarder un endroit précis d'une pièce (de chez vous ou bien d'ailleurs), éclairée de telle manière que c'en est magnifique ? Un petit peu comme la jaquette du CD "Sound Color 1", (je me doute bien que ce n'est pas ce que l'on regarde en premier lieu !) cette belle lumière qui passe, traverse la fenêtre de la chambre de Madoka, se mêle à la couleur des rideaux et du papier-peint, et éclaire la pièce d'une agréable lumière pastel. Il y a comme ça, quelques endroits chargés de souvenirs et d'émotions, certains lieux qui en disent long au niveau émotionnel. Et ce sont ces sentiments, ces impressions, qui ont été superbement retranscrits dans l'animé, notamment par le biais de certains décors, eux-mêmes chargés de souvenirs et d'émotions.

 

L'Abcb : lieu de retrouvailles après la classe

L'ambiance chaleureuse des soirées entre amis

Always at ABCB

L'ABCB : bar mythique

L'ambiance joyeuse de KOR

Always at ABCB

À cela s'ajoute une atmosphère amicale, agréable, et un sentiment positif qui se dégage d'Orange Road. Comment ne pas se laisser entraîner dans les aventures de cette bande de copains, et dans cet "éternel été" à travers lequel passe notre triangle ? Cette expression fait en fait référence et traduit le concept même de KOR. Loin de la violence, de la dure réalité, loin des animés dont l'atmosphère pessimiste met mal à l'aise, Orange Road, laisse au contraire place au rêve et à l'espoir. Des sentiments, des émotions pures, désintéressés, l'énergie et la fraîcheur de la jeunesse, le temps de l'insouciance... Tout ce que la vie n'a pas encore corrompue, ou du moins pas encore...

L'arbre des souvenirsLe port des amoureux

C'est dans cette mesure que l'on prend plaisir à se plonger dans l'univers d'Orange Road, et c'est cela que j'aime dans KOR : le rêve, la magie...

Ce qu'il y a de magique dans Kimagure Orange Road, ce n'est pas le Pouvoir, mais bel et bien la relation entre Kyosuke et Madoka

Oui, ce sentiment de magie propre à KOR... Mais paradoxalement, il n'est pas du tout lié aux pouvoirs de la famille Kasuga, mais plutôt au romantisme présent dans la série. On dépasse le simple romantisme, et les sentiments des personnages sont tels qu'il s'en dégage quelque chose de magique, et c'est cela qui est beau dans Orange Road, et qui fait rêver : la magie... c'est là que réside toute l'émotion et l'esprit de la série. Que de bons moments passés On trouve également à travers ce romantisme, une certaine nostalgie, une certaine mélancolie qui émeut. Lorsque je regarde l'animé ou que je lis le manga, j'ai l'impression de revoir ou de repenser à des moments passés de ma propre vie, des moments qui auraient trop vite fuis, emportant avec eux le temps de l'insouciance et du rêve. Je ressens une certaine forme de tristesse, ou de nostalgie plutôt, comme lorsque l'on se remémore le passé, les endroits, les lieux familiers, les vieux amis et les bons moments passés avec eux. Il suffit d'écouter certains BGM de la série pour ressentir cela (My little girl ; Back to the red straw hat time ; Kimi to romantic ; Tsuisou...akai mugiwara boushi no kimi e). C'est pour cela qu'ils sont si représentatifs de l'ambiance de l'animé : tout d'abord, ils accompagnent les moments forts de l'histoire, mais aussi traduisent, voire, transcendent les Quelques photos de Madoka et Kyosuke. Ah...que de bons moments passés ensemble émotions et les sentiments des personnages. Un petit peu comme cet instant où Kyosuke rattrape le chapeau de paille rouge de Madoka sur les marches de l'escalier, ce moment qui restera à jamais gravé dans sa mémoire, mais aussi dans la nôtre.

A mon avis, l'époque à laquelle ont été réalisés le manga et l'animé y est probablement pour quelque chose. Orange Road est très marqué par les années 80 et le début des années 90. Ce n'est pas seulement à travers les tenues vestimentaires des personnages et leur environnement que je ressens cela, mais c'est l'essence même de KOR qui baigne dans cette atmosphère, imprégnée des rêves, des idéaux, des musiques, de l'état d'esprit de cette époque.

Pour moi, Orange Road symbolise cette époque, une époque où il fait bon vivre...

Je tenais à remercier toutes les personnes qui ont permis par leur travail et leur passion que Kimagure Orange Road existe, et qui ont contribué à ce qu'il soit ce qu'il est aujourd'hui. Vous nous avez offert là quelque chose d'unique, de merveilleux, une série magnifique. Vous nous avait offert le rêve, la magie. KOR aura toujours une place à part dans mon coeur et restera longtemps, très longtemps, comme l'une des plus belles choses créées par l'Homme, à mes yeux.

Pour finir, je ne peux m'empêcher de reprendre ces quelques lignes du manga et de les adapter un peu :

...

" Peu importe combien de mois et d'années vont s'écouler, mais je n'oublierai jamais.
KOR fut pour moi comme un rêve...

Kimagure Orange Road : ce mirage d'été n'était pas juste une saison qui passait,
mais aussi "un éternel été" dans lequel nous sommes, nous les fans, tous passés.
Mon coeur palpite, je n'oublierai jamais . "

Jingo
Septembre 2000
jingoro@free.fr

 

 


Kimagure Orange Road est Copyright © Izumi Matsumoto/Shueisha/NTV/VAP/Toho/Studio Pierrot - 2000