Episode 6 – Un oiseau de malheur

[Sur la colline menant à la pension où loge Kasuga. On peut apercevoir Kasamatsu montant à pied, une boîte recouverte d’un drap à la main. En s’approchant, on peut l’entendre glousser de rire...]

Kasuga (narration): Tout ça a démarré de manière assez innocente. Je me souviens que la veille en classe Kasamatsu m’a demandé de m’occuper de son oiseau apprivoisé, un grand perroquet exotique, pendant que Saito et lui s’absenteraient pour le week-end. Ca ne me paraissait pas être grand chose, donc j’ai accepté. Je ne pouvais pas prévoir les désastres qui en résulteraient...

Kasamatsu: Hé... Ca devrait être marrant! J’ai hâte de voir la tête qu’il va faire quand il verra un peu ce qui l’attend!

[Alors qu’il s’approche, on peut entendre des sons étouffés sortir de la boîte. Kasamatsu pose délicatement la boîte par terre et murmure.]

Kasamatsu: [Chuchotant.] Hé, ça va aller! On est presque arrivés!

[Les bruits s’étant arrêtés, il reprend la boîte et se remet en route et aperçoit bientôt la pension sur le bord de la rue. Il traverse la cour, entre puis enlève ses chaussures. En se retournant il manque de se cogner à...]

Kasamatsu: Miyasato! [Aux deux jumelles.] Vous sortez?

Yuko: Ouais! On doit retrouver Katsu au Okonomiyaki- Maru après son match de tennis contre Kasuga!

Kasamatsu: Ah, oui! Bon, amusez-vous bien! [Il commence à monter les escaliers.]

Yoko: Dis, qu’est-ce que tu transportes dans cette boîte?

Kasamatsu: Ben... [Il commence à transpirer.] Juste un paquet pour Kasuga. En fait, c’est un animal. Il m’a promis de s’en occuper pendant que Saito et moi nous absentons.

Yoko: Hé! Les animaux sont interdits!

Yuko: Oui! Ce sont les règles du Kanrinin!

Kasamatsu: [Confus.] Je croyais que les seuls règlements de votre Kanrinin concernaient le loyer?

Yoko: Ben [Apparemment peu sincère.] En fait, c’est Fujimoto qui n’apprécie pas de faire le ménage après qu’ils soient passés. Et, depuis qu’elle aide beaucoup le kanrinin pour le ménage...

Yuko: ...il tient souvent compte de ce qu’elle lui dit.

Kasamatsu: Hé, c’est seulement pour le week-end! Qu’est-ce que ça peut faire tant que personne n’est au courant?

Yoko: Ben [L’air surprise...] Je ne sais pas...

Yuko: Ouais [Elle se tourne vers Yoko...] Ils empestent pas mal. Et vu que la chambre de Kasuga est juste à côté de la notre...

Kasamatsu: [Frustré.] Okay! [Il sort son portefeuille, se saisit de quelques billets et leur tend.] Voilà!

Les deux Miyasato à l’unisson: Merci! [Elle lui arrachent les billets des mains.]

Yoko: Maintenant on va vraiment pouvoir s’amuser!

Yuko: Ouais... Et ne t’inquiète pas, [A Kasamatsu.] on n’a rien vu!

[Elles s’en vont, toutes joyeuses de leur bonne affaire.]

Kasamatsu: [Marmonnant.] Petites mercenaires! Mais la prochaine fois, [Rictus maléfique.] ce sera votre tour! [Il monte les escaliers, la tête pleine de pensées peu avouables. Une fois arrivé devant la chambre No 5, il frappe à la porte.]

Kasuga: [Ouvrant la porte.] Ah, Kasamatsu!

Kasamatsu: Salut, Kasuga!

Kasuga: [Retournant dans sa chambre.] Entre. Pose le où tu veux...

Kasamatsu: [Il pose la boîte sur une petite table et sort l’oiseau de sa cage. Il sort également un sachet de graines et le tend à Kasuga.] Ca devrait suffire amplement pour le week-end. Je viens de nettoyer la cage, donc tout ce que tu as à faire c’est de t’assurer qu’il ne manque pas d’eau.

Kasuga: OK. Dis-moi, c’est quoi son nom?

Kasamatsu: Baka.

Kasuga: Baka...? C’est ça son nom?

Kasamatsu: Ben oui!

Kasuga: [Intérieurement.] Quel nom stupide pour un perroquet... [A Kasamatsu] Alors quand est-ce que tu viendras le rechercher?

Kasamatsu: Dimanche soir, juste après mon retour en ville. [Il s’apprête à partir.] Merci pour ce que tu fais pour moi bien que je t’aie prévenu un peu tard, Kasuga! Je suis persuadé que vous allez très bien vous entendre!

Kasuga: Au fait, il sait dire quelque chose?

Kasamatsu: [Il s’arrête, se retourne et sourit.] Oh bien sûr! Il peut dire pas mal de trucs! [Fièrement.] C’est moi qui lui ai appris.

Kasuga: Tu veux dire des choses comme "bonjour"?

Kasamatsu: [En s’en allant, seule sa tête est visible. Son sourire devient… sinistre.] Heu... pas vraiment! [Il ferme la porte. On peut l’entendre descendre les escaliers en courant.]

[Alors que les bruits de pas faiblissent, Kasuga soulève le drap recouvrant la cage. C’est un grand perroquet rouge qui a une grande variété de couleurs de plumage tout au long des ailes. Son bec est assez grand et effrayant, et ses petits yeux le rendent très intimidant.]

Kasuga: Il est grand... [Il ouvre la cage et se saisit du perroquet.] Salut? [Au perroquet.] Tu sais dire bonjour?

Baka: [D’un cri rauque.] BAKA!

Kasuga: [Apparemment surpris.] Heu... Il sait dire son nom. Assez fort d’ailleurs. [A Baka, prenant bien le temps d’articuler.] Tu peux dire Kasuga?

Baka: [Cri rauque.] Kasuga hentai!

[Note de l’auteur: D’habitude, je donne la définition des mots japonais que j’emploies. Cependant, ici, dans la mesure où la réplique de Baka pourrait choquer certaines personnes, je ferais une exception. Si vous n’avez pas deviné ce que dit le perroquet, soyez simplement sûr qu’il ne dit pas à Kasuga "Quelle jolie chemise tu portes là..."]

Kasuga: [Maintenant carrément perdu.] Qu-qu’est-ce que tu viens de dire?

Baka: [Cri rauque.] Kasuga no baka! Kasuga bakayaro! [Il vole à travers la pièce.]

Kasuga: ESPECE DE-! [Il retrousse ses manches et se rue à la poursuite de Baka.]

Baka: [Il s’engouffre dans un carton et, après s’être débattu avec quelques vêtements, en sort avec un slip de Kasuga sur la tête] Kasuga buta! [Cri rauque.]

Kasuga: [Ses vêtements sont étalés partout dans la chambre.] Cet enfoiré de Kasamatsu doit être bien content en ce moment, en route vers Kyoto! [Reportant son attention sur Baka.] REVIENT ICI ESPECE DE-!

Baka: Kasuga chikan! [Cri rauque.] [Il s’engouffre dans un autre carton. Celui-ci bascule en arrière et emporte avec lui une multitude d’objets posés sur le bureau de Kasuga. Il essaie alors de repartir mais ses ailes sont coincées dans une corde qui se trouvait dans la boîte.]

Kasuga: [Attrapant l’autre bout de la corde.] JE T’AI EU! [Regardant la corde d’un peu plus près.] Hé...?

[Dans le hall d’entrée, en face de la porte close de la chambre No 5. On peut entendre la voix de Kasuga provenant de l’intérieur de la chambre.]

Kasuga: OH NOOOOON...!

[Quelques secondes de silence suivent ce cri. Ce silence n’est interrompu que par le bruit de griffes râpant la porte. Puis, environ une minute plus tard, Kasuga sort en courant, secouant les bras de manière désordonnée.]

[Note de l’auteur: Pour ceux qui ne connaissent pas la signification de la corde, reportez-vous à l’OAV "Je suis un chat, je suis un poisson".]

[Dans l’appartement d’Ayukawa. Elle est en train de recopier des informations à partir d’un livre. Elle est alors interrompue par la sonnerie du téléphone.]

Ayukawa: [Décrochant.] Allo?... Hé? Qui est-ce? [Apparemment confuse.] Qui est-ce? Est-ce que c’est une plaisanterie? [Elle raccroche. Elle se remet à écrire, puis s’arrête à nouveau. Elle regarde le téléphone et se dit...] Connaissant Kasuga, je suppose qu’il faut que je lui en parle. [Elle se lève, prend sa veste et sort, se murmurant...] Il n’a pas intérêt à être le responsable de cet appel...

[Aux courts de tennis publics Kamon'yama. Katsu est assis sur le banc. Il porte un short et une chemise de tennis blancs. Son sac, contenant sa raquette, est posé à ses côtés. Alors qu’il regarde à nouveau sa montre, on peut voir Kasuga courir vers Katsu en agitant les bras.]

Kasuga: [Murmurant sans jamais s’arrêter.] bakabakabakabakabaka...

Katsu: [Très étonné.] Qu’est-ce que...? Kasuga? [Il attrape Kasuga lorsqu’il passe à ses côtés, l’obligeant à s’arrêter.]

Kasuga: [L’air perdu.] ...

Katsu: Qu’est-ce que tu foutais? [Voyant que Kasuga n’a pas son matériel et n’est même pas en tenue.] Où sont tes affaires?

Kasuga: [Toujours l’air perdu.] ...

Katsu: Quelque chose ne va pas, Kasuga?

Kasuga: BAKA!

Katsu: [Bondissant de surprise en entendant la réponse de Kasuga] Quoi?

[A la pension. Ayukawa entre dans le hall. Voyant qu’il n’y a personne, elle enlève ses chaussures et monte les escaliers. Une fois devant la chambre No 5, elle frappe à la porte.]

Ayukawa: Kasuga! [N’obtenant aucune réponse, elle ouvre la porte et s’immobilise d’effroi. Elle secoue la tête en voyant le désordre qui règne dans la chambre. Les cartons sont renversés, les vêtements et les livres sont éparpillés dans la chambre, et le futon est à moitié déplié. Au milieu de la pièce, à côté d’un téléphone décroché, se tient Baka le perroquet.] Quel bazar! Même Kasuga devrait faire un effort pour essayer de maintenir cet endroit dans un meilleur état. Kasuga!

Baka: Heu... Ayukawa, [Lui touchant la cheville avec une aile.] viens voir. [Cri rauque.]

Ayukawa: [N’en croyant pas ses oreilles.] Ka-Ka-Kasuga?

Baka: [Il met ses ailes derrière la tête et sourit.] Heu... Salut! [Cri rauque.]

Ayukawa: [Elle se baisse et prend Baka.] Dis-moi comment c’est arrivé... [Elle se penche vers lui et le fixe droit dans les yeux.] Et n’omet aucun détail!

Baka: [Essayant de rire tout en essayant de se défendre...] Tu me croirais...? [Cri rauque.] [Voyant qu’elle ne fait pas attention à sa question.] Ben, ça s’est à peu près passé comme ça...

[Dans la rue bordant la pension. Ayukawa descend la rue. Bien qu’elle ne soit pas énervée, on peut voir qu’elle est irritée. Baka se tient sur son épaule. En plus de ses habits habituels, Ayukawa porte des gants blancs et tient dans la main un rouleau de corde.]

Ayukawa: Baka... Comment fais-tu pour te mettre dans des situations pareilles? Tu suis des cours de catastrophe?

Baka : Aucune idée... Quelques fois, je me disque ça doit être un don...

Ayukawa: Dis-moi Kasuga, ça t’est déjà arrivé avant?

Baka: Ben, il y eu la fois où je me suis retrouvé en ch... [Il s’arrête en repensant à ce qui s’est passé cette fois-là.]

Ayukawa: Un chat? Et qu’est-ce qui s’est passé ensuite?

Baka: Heu... Rien de très important. [Cri rauque.]

Ayukawa: Il y en a d’autres?

Baka: En poisson aussi... [Ennuyé par ces souvenirs douloureux.] Ecoute, tu crois vraiment qu’on doit en parler? [Cri rauque.]

Ayukawa: [Haussant les épaules.] Tout renseignement peut être utile... [Elle met alors la main devant sa bouche pour cacher son sourire, sans y parvenir complètement.]

Baka: [Avec indignation, ayant vu son sourire] Et bien, j’espères que tu trouves cette situation amusante! [Cri rauque.]

[Tout en parlant, ils passent devant quelques personnes assises sur un banc en attendant le bus...]

Vieil homme 1: Tu as vu ça?

Vieil homme 2: Tu veux dire cette jeune fille mignonne et étrange qui parlait à son perroquet?

Vieil homme 1: Elle doit être à l’université... Vous savez, la jeunesse d’aujourd’hui...

Vieil homme 2: [Acquiesçant d’un mouvement de tête.] Oh oui...

[Au Kamon'yama. Un couple bien connu de tous est assis sur un banc.]

Umao: Ushiko!

Ushiko: Umao!

Umao: Tu m’aimes, Ushiko?

Ushiko: Et toi, Umao?

[A ce moment-là, Katsu arrive comme un ouragan, l’air fâché. Voyant une place de l’autre côté du banc, il s’y assoit, ignorant le couple assis à sa gauche.]

Katsu: [Se murmurant.] Quel crétin...! Je n’arrive pas à croire qu’il ait dit une chose pareille; ça ne lui ressemble pas du tout... [Il secoue la tête.] C’est vraiment pas mon jour... [Il se prend la tête dans les mains pendant quelques minutes, ce qui l’empêche de voir Ayukawa, avant qu’elle ne s’arrête juste en face de lui...]

Ayukawa: [Avec Baka sur l’épaule.] Salut Katsu.

Katsu: [Relevant la tête.] Ayukawa...

Ayukawa: Désolée de t’interrompre mais tu n’aurais pas vu Kasuga?

Katsu: [Son visage s’assombrit.] Si... Tu pourrais lui demander pourquoi il m’a traité de hentai?

Baka: [Une goutte de sueur apparaît derrière sa tête puis il se dit.] Oh non... C’est pire que ce que je pensais...

Ayukawa: Je vois...

Katsu: [Frustré et énervé.] Ah... Tu devrais aller voir ce qu’il cache sous son futon et on verra qui est le véritable hentai.

Ayukawa: Oh vraiment... [Envoyant un regard très compréhensible à Baka...]

Baka: [Une goutte de sueur encore plus grosse apparaît derrière sa tête.] Heu...

Katsu: Il est malade ou quoi?

Ayukawa: Ben, il est... [Elle se mord les lèvres en réfléchissant...] Je ne peux pas lui dire la vérité... Il ne me croirait sûrement pas... [Elle aperçoit alors des tubes à essai dans le sac de tennis de Katsu, puis lui dit...] Il... souffre d’une... rechute des problèmes engendrés par les produits chimiques de la semaine dernière...

Katsu: [Acquiesçant de la tête.] Oh merde, j’aurais dû m’en douter! [Il secoue la tête.] C’est entièrement de ma faute! Nous devons l’arrêter avant qu’ils ne fasse d’autres bêtises!

Ayukawa: [A elle-même.] Désolée Katsu...

[Au centre commercial Matsuzakaya. Comme tous les week-ends, le bâtiment est rempli de clients, de visiteurs et d’employés. Au milieu de la galerie bondée, Kimura est assise à la table d’un café.]

Kimura: [Prend un verre de soda et en boit une gorgée. Elle regarde sa montre, puis remarque un attroupement dans la foule.] Hé? [Posant son verre, elle reconnaît un visage familier remué dans tous les sens par une foule apparemment hostile.] Kyo? [Elle agite les bras pour attirer son attention.] Par ici!

Kasuga: [L’air complètement perdu.] ...

Kimura: [Remarquant son silence et son incompréhension.] Tu es en avance Kyo... Comment s’est passé ton match de tennis?

Kasuga: BAKA!

Kimura: [Très surprise] Qu’est-ce qui ne va pas? Tu ne te sens pas bien?

Kasuga: [Regardant à peu près en direction de Kimura.] Bakayaro! Yariman!

Kimura: [Elle reste sans voix, alors que des larmes apparaissent au bord de ses yeux.] ...

[Sur le pont Chojamachi. La rivière Ooka coule doucement en-dessous alors qu’Ayukawa et Katsu passent sur le pont en courant. Ils ont tous les deux l’air très pressés au moment où ils arrivent à une grande intersection.]

Katsu: Tu crois qu’il est parti par là?

Ayukawa: J’en suis presque sûre... [Faisant des grands gestes à la foule qui se chamaille, pointant du doigt la zone des grands magasins.] Quelqu’un a dû les agiter en passant par ici...

Katsu: J’espères simplement qu’on pourra le retrouver avant que quelqu’un ne le blesse... [Remuant la tête.] Il se pourrait qu’il offense quelqu’un.

Ayukawa: [Acquiesçant.] Heureusement qu’il n’est pas extraverti de nature...

[Au Okonomiyaki-Maru. Le soleil se couche, baignant le restaurant d’une lumière orangée. Des étudiants et d’autres clients sont installés à l’intérieur du bâtiment et sur la terrasse. Parmi la foule, Yoko et Yuko mange du porc et des okonomiyaki*.]

*Crêpe fine avec des ingrédients variés comme du boeuf, des légumes, des fruits de mer, etc.

Yoko: ...Je ne sais toujours pas ce que tu vois en lui. [Mangeant une bouchée.] Le simple fait d’être intelligent ne lui assure pas forcément une bonne situation sociale.

Yuko: Au moins, il aura une situation sociale, quelle qu’elle soit! Saito est réaliste; il ne rêve pas de devenir milliardaire... [Regardant en direction de Yoko.] comme certains.

Yoko: [Visiblement gênée.] Humph! Ce n’est pas très gentil de dire ça... mais au moins j’ai des rêves. Saito est trop mou. Et puis il y a son ami très étrange...

Yuko: [Acquiesçant.] Kasamatsu? Ouais, il est bizarre... Ce qu’il portait la dernière fois... [Cachant un léger rire.] Ninja Noir?

Yoko: [Riant aux éclats.] Ninja Rouge, je crois... J’aurais aimé avoir moins bu pour pouvoir m’en souvenir... Le fait de le voir lui en costume de ninja, ça devait vraiment être quelque chose... [Elle s’arrête quand elle voit qui s’approche.] Et bien, regarde qui voilà... [Sourire diabolique.] L’auteur du punch en personne!

Yuko: Tu veux dire que... Je croyais que tout était de la faute de Katsu. Enfin, quel intérêt avait-il à garder ce genre de produit dans sa chambre?

Yoko: [A Kasuga, qui s’approche d’elles.] Et bien qu’en penses-tu? [Sourire accusateur...] Qui devons-nous blâmer pour les incidents de la fête de la semaine dernière?

Kasuga: BAKA!

Yuko: [Complètement choquée.] C-comment m’as tu appelée?

Yoko: [Ne souriant plus du sourire accusateur qui aurait pourtant été légitime maintenant.] Tu as envie de perdre quelques dents?

Kasuga: Otemba!

Yuko: [Elle se lève, ses dents commençant à grincer.] <Grrr!>

Yoko: [De plus en plus énervée.] Dis encore un mot et je te-

Kasuga: Debu...

Yuko: [Blanche de rage.] POURQUOI... TU...! [Préparant son bras pour lui donner un coup de poing.]

Yoko: [Tellement en colère qu’elle arrive à peine à parler...] CA... SUFFIT...! [Elle tend elle aussi le bras vers l’arrière.]

[Note de l’auteur: Pour ne pas effrayer les enfants en bas âge avec un bruit d’os brisés :-), faisons une...]

PAUSE PUBLICITAIRE

[Dans le centre de Tokyo, la caméra zoome sur une énorme gare de 5 étages...]

Voix-off: Dans la banlieue de Tokyo, il y a un restaurant d’okonomiyaki assez spécial...

[On peut voir une jeune fille avec de longs cheveux noirs. Elle porte une sorte de ceinture qui descend de ses épaules à son bassin dans laquelle sont accrochées plusieurs spatules. Elle retourne huit okonomiyakis d’un seul coup à l’aide d’une spatule géante puis jongle avec cette même spatule, alliant vitesse et précision, pour finalement placer les huit okonomiyakis dans différentes assiettes tout autour de la pièce.]

Voix-off: Chez Ucchans, les clients ne savent jamais à quoi s’attendre, sauf à de la nourriture de qualité...

[On peut voir quelques bagarres éclater, plusieurs casseroles d’eau bouillante être renversées et des verres d’eau fraîche renversés délibérément sur les dirigeants du restaurant, et même un panda géant tenant une pancarte de bois disant "Une autre commande ici!"...]

Voix-off: ...mais si vous voulez y aller, emmenez avec vous votre appétit et votre carte VISA...

[Un vieil homme rabougri traverse la pièce en courant, poursuivi par plusieurs filles en colère...]

Voix-off: Parce que chez Ucchans ils ne vous feront pas de cadeau...

[Une femme rousse assez carrée court après le vieil homme en criant...]

Voi-off: ...et ils ne prennent pas la carte ...American Express!

[Une femme aux cheveux bruns coupés courts portant une énorme massue poursuit la femme rousse en criant elle aussi...]

Voix-off: Carte VISA... Acceptée partout où vous en avez besoin!

[Note de l’auteur: Publicité standard.]

FIN DE LA PAUSE PUBLICITAIRE

[De retour au centre commercial Matsuzakaya. Alors qu’Ayukawa et Katsu arrive en courant, ils apperçoivent Kimura assise à une table, en larmes...]

Kimura: [La tête enfouie dans ses mains...] <mmfff!>...<sniff!>...<pfff!>

Baka: [Visiblement gêné] Oh non... c’est terrible!

Ayukawa: [Passant son bras autour de l’épaule de Kimura pour la réconforter.] Keiko...

Kimura: [Toujours en sanglots.] Madoka... [Se blotissant contre la poitrine d’Ayukawa.] Kyo était là et il n’a pas arrêté de m’insulter...

Katsu: [Lui relevant gentiment la tête.] Ce n’est pas ce que tu crois! Tu te souviens la semaine dernière quand nous n’étions plus nous mêmes... C’était bizarre, hein?

Kimura: [Elle acquiesçe et s’arrête petit à petit de pleurer.] ...

Katsu: Kasuga subit en quelque sorte une rechute... Ca affecte ses inhibitions. [Essayant de rassurer Kimura.] Il ne pense pas ce qu’il a dit...

Ayukawa: [Réfléchissant.] Ca poserait vraiment problème... [Revenant à la réalité.] Tu comprends ce que nous sommes en train de te dire? Il ne peut pas s’en empêcher, il faut donc qu’on le trouve et qu’on l’empêche de faire autre chose qu’il regrettera plus tard.

Kimura: [Commençant à reprendre ses esprits, elle acquiesçe tout en séchant ses larmes.] Oui...

[Au carrefour Chojamachi près du quartier Ishikawacho. Fujimoto et son fils Eiji marchent sur le trottoir le long des vitrines. Derrière eux, la cloche d’un campus sonne, signalant la reprise des cours.]

Eiji: Okaasan*... On peut acheter à manger? J’ai faim.

*Maman

Fujimoto: [Toujours concentrée sur les vitrines des magasins.] Une minute... [Elle regarde plus précisément quelques instruments de cuisine puis jette un coup d’œil aux prix.] Sigh... J’aimerais tellement acheter ça en ce moment...

Eiji: [Sautillant sur place.] OKAASAN!!!!

Fujimoto: [Fouillant dans son sac.] Bon très bien... [Elle donne une poignée de pièces à Eiji et sourit.] Ne tarde pas à revenir!

Eiji: Oui! [Il s’en va, un sourire satisfait sur les lèvres.]

[Fujimoto se replonge dans les vitrines et ne remarque donc pas que Kasuga s’approche d’elle...]

Kasuga: [Il percute Fujimoto, sans aucune expression visible sur son visage.] ...

Fujimoto: [Surprise, mais elle sourit quand même.] Kasuga! Et bien, je ne m’attendais pas à te voir ici!

Kasuga: BAKA!

Fujimoto: [Choquée.] Ka-Kasuga? Qu’est-ce que tu dis?

Kasuga: [L’air bête.] Bakayaro!

Eiji: [Revenant tout juste de chez le marchand, il porte deux cônes glacés dans les mains et a l’air très surpris.] Wow...

Fujimoto: [Fermement, alors qu’elle essaie vainement de boucher les oreilles d’Eiji.] Je ne sais pas ce qui t’arrive, mais j’exige que tu surveilles ton langage quand tu es à côté de mon fils!

Kasuga: Damare-yo!

Fujimoto: [Très en colère.] Kasuga-san!

Kasuga: [Apparemment effrayé par l’attitude de Fujimoto, il s’en va en courant, se murmurant des paroles étranges.] bakabakabakabaka...

Fujimoto: [Inquiète.] Qu’est-ce qui lui arrive?

Eiji: Wow... [Pendant que Kasuga s’en va en courant.] Il parle comme le perroquet de Kasamatsu!

[De retour au Okonomiyaki-Maru. Il y’a quelques dégâts sur la terrasse, Yuko et Yoko enlèvent la poussière de leurs vêtements et sourient de satisfaction. Alors qu’elles terminent à peine de raconter leurs exploits à quelques serveuses, Ayukawa, Kimura, et Katsu arrivent en courant.]

Yuko: [A un étudiant.] ... et là je lui en ai mis un en plein dans le ventre!

Yoko: [Confirmant, puis continuant.] C’est vrai! Et quand il s’est penché, c’est moi qui l’ai terminé!

Ayukawa: [Tapotant sur l’épaule de Yoko.] Miyasato, serais-tu en train de parler de Kasuga?

Katsu: Nous le cherchons; vous ne l’auriez pas vu?

Yoko: Si, [Fière d’elle.] on l’a vu!

Yuko: Il disait les pires insultes, mais on s’est occupées de lui! [Formant un V avec ses doigts.]

Yoko: Ouais! [Encore plus fière, faisant craquer ses doigts.] Il aura de la chance s’il peut remarcher un jour!

Baka: [L’air vraiment terrifié.] Oh... Merde! Qu’est-ce qu’elles ont fait à mon corps?

Ayukawa: J’ai bien peur qu’il n’y ait eu un léger malentendu. Kasuga n’est... pas lui-même aujourd’hui.

Katsu: [Remuant la tête.] Exactement. Il souffre d’une rechute des problèmes engendrés par les produits chimiques de la semaine dernière.

Yuko: [Elle se tourne vers Yoko et place ses mains derrière sa tête.] Oh-oh...!

Yoko: [Embarassée.] Heu... [Elle tend alors deux dents à Ayukawa.] Vous pourrez lui donner ça quand vous le retrouverez ? On pourrait le faire nous-mêmes, mais je doute qu’il accepte de nous voir pendant un moment...

Baka: Je... Je n’en revient pas... [Il tombe de l’épaule d’Ayukawa, inconscient.]

Kimura: [Rattrapant Baka.] Oh mon... ton perroquet a perdu connaissance, Madoka.

Ayukawa: [Se parlant à elle-même tout en se prenant la tête dans les mains...] Ca ne peut pas être arrivé... [A Yoko] Sais-tu dans quelle direction il est parti?

Yoko: Ben, Il ne doit pas être bien loin. Quand il est parti d’ici, il boîtait...

Yuko: [Plaquant sa main contre la bouche de sa soeur, puis lui murmurant...] Ne leur parle pas de ça! Ils vont nous en vouloir ! [A Ayukawa, pointant du doigt dans une direction.] Il se dirigeait vers ces bâtiments.

[Ayukawa, Kimura, et Katsu s’en vont. On peut voir sur le bâtiment une pancarte : "Yokohama Fighting Girls High School". On peut aussi lire un peu plus bas, "Les pervers seront sévèrement punis!"]

Ayukawa: [Reprenant Baka à Kimura, elle se dit d’un ton sarcastique...] Quelle poisse... Encore des mauvaises nouvelles...

Katsu: [Voyant les inscriptions sur le mur...] Et ben, je ne rique pas d’être à mon avantage si je reste dans les parages. On se verra à la pension, les filles ! Je devrais avoir mis au point un antidote pour Kasuga d’ici là. Salut! [Il part.]

[Dans le gymnase de l’université. Ayukawa et Kimura regardent autour d’elles et aperçoivent un groupe de filles, murmurant entre elles.]

Kimura: [Tapotant sur l’épaule de l’une d’elles.] Dites, auriez-vous vu un garçon brun portant un T-shirt gris clair passer en boîtant?

Etudiante 1: Tu veux dire le taré?

Kimura: [Indignée.] Hé! Ce n’est pas très gen-

Ayukawa: [Interrompant Kimura.] Alors il est passé par ici?

Etudiante 2: Ouais, il est entré... [Elle montre du doigt une porte dans un coin de la salle. Ayukawa et Kimura restent figées en voyant l’inscription sur la porte : "Vestiaire".]

Ayukawa et Kimura à l’unisson: Oh... Mon Dieu...!

Ayukawa: [A Kimura] Tu peux nous attendre à la sortie? Je vais essayer de le faire sortir sans créer de problèmes.

Kimura: [Elle acquiesce et sourit.] OK! [Elle s’en va.]

[A la pension. Katsu arrive en courant et entre à toute vitesse. Juste après avoir enlevé ses chaussures, il se rerourne et tombe nez à nez avec Fujimoto.]

Katsu: Bonjour Fujimoto! [Il s’incline, puis commence à monter les escaliers.]

Fujimoto: [Remarquant qu’il a l’air pressé.] Qu’est-ce qui ne va pas? [Elle réfléchit un instant.] Ca a quelquechose à voir avec Kasuga, n’est-ce pas?

Katsu: [Il s’arrête.] Vous l’avez vu?

Fujimoto: [Elle fait signe que oui.] Il utilisait un vocabulaire horrible et... [Elle essaie de se souvenir.] J’ai eu le sentiment qu’il n’était pas lui-même.

Katsu: [Confirmant.] Il souffre d’une rechute, à cause des produits chimiques de la semaine dernière. Je monte lui préparer un antidote assez puissant cette fois. Ayukawa et Kimura sont parties le chercher. J’espère qu’elles arriveront à l’empêcher de créer d’autres problèmes.

Fujimoto: [Souriante.] Ne t’en fais pas. Ayukawa est forte. Je suis sûre qu’elle peut obtenir ce qu’elle veut de lui.

[Dans le vestiaire des filles. Les filles qui sont présentes ont terminé leur cours et se changent. On peut voir des casiers le long des murs et des bancs. Les douches emplissent la salle de vapeur. L’odeur de transpiration est forte; tout comme les bavardages.]

Etudiante 3: [En se coiffant.] ... et il a dit, "Je ne veux pas qu’on me voit avec une fille comme toi!"

Etudiante 4: [Mettant son uniforme.] Vraiment? Je n’aurais pas cru ça de lui!

Etudiante 3: [Elle finit de se coiffer et referme son casier.] Ne laissez jamais les garçons vous dire ça! [Au va de l’attention que les autres lui portent, on devine qu’elle bénéficie d’une certaine estime dans ce groupe.] Si vous les laissez, ils vous mèneront par le bout du nez! Si un garçon s’approche de moi avec une attitude pareille, je lui donnerais une leçon dont il...! [Elle s’arrête alors que le visage d’une des filles devient tout pâle.]

Etudiante 5: [Montrant Kasuga du doigt, alors qu’il vient d’apparaître dans la zone des douches.] P-P-PERVERS!

Etudiante 3: [Elle se retourne, paui se met à crier...] PUTAIN! QU’EST-CE QUE TU FOUS ICI? [Enervée par l’absence de réaction chez Kasuga.] ALORS? TU AS INTERET A AVOIR UNE BONNE RAISON!

Kasuga: BUSU...!

...SILENCE DRAMATIQUE...

[Pendant les secondes qui suivent, le vestiaire reste étonnamment silencieux. Kasuga regarde fixement le groupe de filles. Alors qu’elle vient juste de pénétrer dans la pièce, Ayukawa se tient derrière Kasuga, silencieuse. Elle observe la situation et devine ce qui va suivre tandis que le bruit de bouteilles de shampoing heurtant le sol commencent à se faire entendre...]

Etudiante 3: [Blanche de rage, elle se tourne vers le reste du groupe.] ALLEZ ON LUI DECHIRE SES <bip!>...!!!!

Baka: [Paralysé par la peur, toujours sur l’épaule d’Ayukawa.] ...

Ayukawa: [Elle murmure.] J’aimerais ne pas avoir à faire ça... [D’un mouvement souple, elle se jette en avnt et percute la fille, l’envoyant s’écraser dans la foule derrière elle, gagnant ainsi de précieuses secondes. Ayukawa attrape alors Kasuga par le bras et commence à courir...] Désolée!

Etudiante 3: [Hors d’elle, elle se tourne vers les autres filles.] ATTRAPEZ-LE! ATTRAPEZ-LES TOUS LES DEUX!

[La foule s’élance, comme une seule personne, à la poursuite des fuyards. Ayukawa parvient à creuser un certain écart étant donné que ses poursuivantes doivent ejamber les bancs et éviter les casiers. Lorsqu’elle ressort du vestiaire, il devient évident que le nombre des poursuivants, ajouté au manque de coopération de Kasuga va rendre la fuite presque impossible. Ayukawa sort finalement du gymnase, traînant Kasuga derrière elle, sachant qu’elle n’a que quelques secondes d’avance. Elle aperçoit alors Kimura attendant à côté de l’un des bâtiments du campus.]

Ayukawa: Kimura! [Traînant Kasuga avec une main, tenant une corde avec l’autre main, et Baka étant toujours installé sur son épaule.] Essaie de les ralentir! [Elle disparaît derrière le bâtiment.]

Kimura: [Faisant un signe ferme de la tête.] Oui! [Kimura se place derrière le mur qu’Ayukawa vient de passer. Elle se saisit alors du col de sa chemise et en déchire judicieusement une partie.]

[De retour avec les filles de l’école Yokohama. Ayant momentanément perdu sa cible de vue, la "Chef" du groupe fait signe aux filles de s’arrêter .]

Etudiante 3: Merde... Par où sont-ils allés? [Faisant des gestes à l’attention des autres filles.] Séparez-vous! Si l’une d’entre vous les trouve...

Kimura: [De derrière le bâtiment.] WHAAAAAAA...!

Etudiante 3: Hein? [Elle avance vers Kimura, la moitié des filles avec elle. Lorsqu’elle voit la chemise déchirée, elle réagit immédiatement. Elle attrappe Kimura par le bras et lui demande...] Par où le pervers est-il allé?

Kimura: [Sanglotant.] Il a descendu la rue... [Désignant un ensemble de bâtiments en ruines.] Il a dit que d’autres filles l’attendaient là-bas...!

Etudiante 4: QUOI!

Etudiante 3: ATTRAPONS-LE!

[Le groupe de filles repart en courant, espérant bien lui infliger une bonne correction. Kimura continue de faire semblant de pleurer jusqu’à ce que le groupe sorte de son champ de vision. Satisfaite, elle s’arrête de pleurer, puis se fige. Elle se retourne alors doucement. Son nez vire ou rouge à cause de la gêne qu’elle ressent alors...]

Kimura: [Elle essaie de remettre sa chemise en état puis fais un signe.] <Rire nerveux>

[A la pension. Kimura, Yoko et Yuko remontent l’allée menant vers l’entrée, puis elles se mettent à humer l’air.]

Yoko: [Avec une expression de dégoût.] Qu’est-ce que...?

Yuko: [Essayant d’éloigner l’odeur de son nez.] Je parie que c’est encore Katsu!

[Lorsqu’elles ouvrent la porte, Fujimoto sort de la chambre No.3, un masque de protection sur le nez et la bouche.]

Fujimoto: Katsu m’a juré qu’il avait bientôt fini... mais il va avoir besoin d’aide pour finir ce produit.

Kimura: [Elle renifle encore l’air environnant.] Heu... Quel genre d’aide?

Fujimoto: [Arborant un sourire visible même à travers son masque.] Ben... vous verrez bien...

[Dans la rue menant à la pension. C’est le crépuscule, Baka se trouve de l’autre côté de la rue. Cependant, Kasuga ne se montre pas très coopératif.]

Baka: [Tenant un bout de la corde dans ses pattes.] Allez! [Cri rauque] Attrappe cet corde, stupide perroquet!

Kasuga: [Le visage vide de toute expression.] BAKA!

Baka: MAIS...!

Ayukawa: [Exaspérée par la situation.] Donne-moi ça! [Elle attrappe l’autre bout de la corde; elle porte des gantsLorsqu’elle s’approche de Kasuga, il recule pour conserver la distance qui les sépare.] Arrête un peu...! [Elle envoie la corde vers Kasuga et celui-ci la rattrappe par réflexe. La corde grésille, puis Baka et Kasuga perdent connaissance. Ayukawa attend quelques secondes, puis elle se dirige vers Kasuga et essaie de le redresser.] Tout va bien?

Kasuga: [Essayant vainement de se mettre en position assise.] Ben... Mon corps tout entier me fait mal, j’ai l’impression d’avoir été frappé au ventre, et je crois qu’il me manque quelques dents... mais à part ça... ça va... [Il referme les yeux.]

Ayukawa: [Soupirant.] Enfin...

[Ayukawa aide Kasuga à se relever, puis il se dirigent vers la pension . Ayukawa porte aussi Baka, alors que Kasuga éprouve des difficultés à marcher.]

Ayukawa: Oh au fait, avant que j’oublie... [Elle tend la corde à Kasuga.]

Kasuga: [Il s’en saisit et la regarde longument tout en se disant...] J’ai l’impression qu’à chaque fois que je la touche, plein de malheurs s’abattent sur moi... [Il rend la corde à Ayukawa.] Garde-la... peut-être qu’elle t’apportera plus de chance qu’à moi... [Ayukawa s’arrête de marcher, l’air surprise.]

Ayukawa: Tu es sûr Kasuga? Tu sais... [Elle lui tend la corde.] Tu lui trouveras peut-être une utilité un de ces jours.

Kasuga: [Toujours l’air abattu.] Peut-être... Mais je n’ai pas envie de savoir ce que ce sera...

Ayukawa: [Souriante, alors que Kasuga continue de marcher.] Comme tu veux... Jingoro...

Kasuga: ...

[Ils continuent de marcher, en silence, puis ,alors que la pension apparaît un peu plus loin, ils s’arrêtent. Toutes les affaires de Kasuga sont étalées sur la pelouse...]

Kasuga: [Reprenant peu à peu ses esprits.] Et merde... On est le premier du mois... et je devais payer le loyer...

[Dans le bureau d’Egami. Il est en train d’écrire quelque chose dans son registre quand Kasuga appose sa signature.]

Egami: ... Voilà qui devrait aller. [Il regarde Kasuga avec un sourire de satisfaction.] Maintenant, tu ferais bien de rentrer toutes tes affaires!

Kasuga: [A lui-même.] Quelle journée... Heureusement qu’elle se termine...

Egami: [Avant que Kasuga ne sorte] Oh Kasuga! Tu sais quelle heure il est?

Kasuga: [Remarquant qu’il est 20h32.] Et alors?

Egami: [Souriant encore plus.] Ben il est 18h passées... Tu me dois donc 2000 yens!

Kasuga: [Il fixe la porte du regard, déprimé.] ...

[Dans la chambre de Kasuga. Il est tard, Kasuga est étendu sur son futon, essayant tant bien quemal de sortir cette affreuse journée de sa mémoire. Quelqu’un frappe alors à la porte...]

Kasuga: Hein? [Il se lève et va ouvrir la porte.] Katsu! Fujimoto! Miyasato! Kimura! Qu’est-ce que vous faites tous ici?

Katsu: Ben, Kasuga, on est inquiets pour ta rechute. [Montrant une récipient rempli d’un liquide jaunâtre sentant très mauvais.] Je t’ai donc préparé un antidote pour que tu redevienne comme avant...

Kasuga: [Essayant de fuir les mauvaises odeurs.] Non, ça va maintenant! Vraiment!

Katsu: Allez Kasuga! [Son visage, tout comme celui des autres, exprime de plus en plus de fermeté.] On ne peut pas savoir quand les effets reviendront, il vaut mieux prévenir que guérir!

Kasuga: [Reculant vers l’intérieur de sa chambre pour être à bonne distance du récipient.] Mais...

Katsu: [Il soupire.] Je pensais bien que tu réagirais comme ça. [Il se tourne vers les autres.] Attrapez-le!

Yoko: [Elle se précipite dans la chambre.] C’est pour ton bien, Kasuga! [Elle se saisit de son bras gauche et lui fait une clé de bras.]

Yuko: [Entrant elle aussi dans la chambre.] C’est vrai, Kasuga! Tu nous remercieras demain matin! [Elle se saisit de son bras droit et lui fait aussi une clé de bras.]

Kimura: [Se jetant dans la chambre.] On fait ça parce qu’on tient à toi! [Elle lui attrappe les jambes et fait tomber Kasuga, et les autres auusi par la même occasion.] On va bien s’occuper de toi, Kyo! [Elle lui adresse un sourire tout en lui attachant les chevilles ensemble.]

Fujimoto : [Entrant calmement dans la chambre, un plateau de cookies à la main.] Je sais à quel point il est difficile de prendre des médicaments au goût infect, [Elle sourit à Kasuga.] je t’ai donc préparé des cookies. Ils t’aideront à chasser le goût du produit!

Eiji: C’EST PARTI! [Il se précipite dans la chambre.] C’EST L’HEURE DE SE BATTRE CONTRE KYOSUKE! [Il attrappe la tête de Kasuga et la tient fermement.]

Kasuga: AAAAIIIIEEEE!!!! ARRETEZ CA! C’EST BON! JE VAIS LE FAIRE!

Katsu: NE TE DEFENDS PAS KASUGA! JE SAIS QUE CA SENS MAUVAIS, [Il fait un dernier effort pour verser la mixture dans la bouche de Kasuga.] ET QUE CA A UN GOUT AFFREUX, [Il maintient la bouche de Kasuga fermée et lui pince le nez.] MAIS C’EST POUR TON BIEN!

Kasuga (narration): C’est bien d’avoir des amis. C’est bien de savoir qu’ils s’inquiètent pour moi et font tout pour que je me sente bien...

Kasuga: AAAAIIIIEEEE!!!!

Kasuga (narration): ... Mais pour l’instant il faut absolument que je mange un cookie!

[La caméra s’éloigne de la scène. On peut maintenant voir une photo de tout le monde tenant Kasuga pendant que Katsu lui verse l’antidote dans la bouche. A l’écart, Fujimoto sourit et attend, son plateau de cookies dans les mains.]


CREDITS

Traducteur                                        Jonathan Baudry
Créateur des nouveaux personnages/Auteur          Stephen Tsai
Co-auteur                                         Andy Combs
Pré-lecteurs                                      Ravi Konchigeri
                                                  Derek Work
                                                  Christian Gadeken
                                                  Chung-Mau Cheng
                                                  Robert Carragher
                                                  George Yim
Remerciements à                                   Hitoshi Doi

Gros plan sur Kasamatsu Teruhiko[Apparu dans l’épisode 2]: Un des camarades de Kyosuke en cours de maths, Kasamatsu est assez doué en ingénierie. C’est quelqu’un sur qui ses amis devraient plus compter. Ayant une vie privée assez peu remplie, il tourne tout en dérision pour attirer l’attention de ses camarades. Malheureusement pour Kasuga d’ailleurs.

Au lycée, il était très ami avec Saito Kenichi; qui l’a souvent aidé dans ses mauvais coups. Son sens de l’humour ne fait pas l’unanimité. Lorsqu’il en a envie, il est capable d’élaborer des mauvais cops très compliqués.

Description visuelle: Un garçon corpulent aux cheveux châtains. Il porte des lunettes à verres épais et il arbore souvent un rictus sournois. Une bonne comparaison dans le domaine des animes (mais il ne faut pas se limiter à ça) serait Hanson de Nadia, ou Tanaka de Otaku No Video.