Kimagure OrangeRoad

Réflexion 32 :

Similitudes KOR - Maison Ikkoku

Par Stéphane
(Merci à Bobo pour les illustrations KOR ep 40, 47 et 48)

 

Similitudes entre deux séries romantiques à souhait

En 1988, apparaissait sur nos écrans Juliette, je t’aime le mercredi après-midi dans le Club Dorothée. Tirée du manga Maison Ikkoku de Rumiko Takahashi, cette série nous promettait de merveilleux moments à nous autres fans de Goldorak, Albator et autres dessins animés japonais. Mais aux côtés des incessants combats des Chevaliers du Zodiaque et de Dragon Ball, notre petite Juliette comblera tous les jeunes romantiques en herbes.

Quelques trois années plus tard, la chaîne de télévision la Cinq, maintenant hélas disparue, lançait l’Ecole est finie dans le but de ravir à TF1 une petite part du marché des jeunes téléspectateurs. Nombres de fans de Japanimation, lassés par les publicités et les pitreries des animateurs du Club Dorothée, se sont régalés devant ces nouvelles séries. Et parmi ces nouveautés, Max et compagnie.

Juliette / Kyoko Sabrina / Madoka

Beaucoup de fans de Juliette, je t’aime auront fait le rapprochement : les personnages se ressemblent fortement, Juliette et Sabrina ont visage et coupe de cheveux très similaires. Même remarque concernant Hugo et Maxime ! Bref, notre fibre romantique se réveille et c’est avec grand plaisir que nous faisons la connaissance de Max, Sabrina et Pamela !

Les fans précités n’auront pas tort, les ressemblances sont frappantes. Et pour cause : les deux séries ont Akemi Takada pour character designer. Mais les similitudes ne vont pas s’arrêter là, en voici une petite sélection. La liste n’est pas exhaustive, à vous d’en trouver d’autres.

Le train de banlieue, le pont et le canal

A tout moment dans la série Juliette, je t’aime, un train de banlieue parcourt l’écran, souvent le soir pour marquer le temps qui s’est écoulé depuis la dernière scène. A de nombreuses reprises on remarquera le train franchissant un canal sur un pont métallique, toujours le même. Tantôt l’action se déroulera à proximité du pont, tantôt le pont n’apparaîtra qu’au lointain.

Les canaux et ponts similaires doivent être monnaie relativement courante dans l’immense agglomération Tokyoïte. Toutefois, à plusieurs reprise dans KOR, on retrouve de tels décors. Dès le premier épisode (Une ville nouvelle), on voit Madoka corriger des voyous au bord d’un canal. Lors de l’épisode n°23 (La course champêtre), Madoka et Kyosuke, plutôt que terminer rapidement l’épreuve sportive, se prélassent, toujours au bord d’un même canal. Enfin, dans le film Anohi ni Kaeritai, Hikaru en Kimono et Madoka se promènent encore dans un décor similaire.


Les trains de banlieue sont aussi régulièrement présent dans KOR. Pour exemple, dans l’épisode n°24 (Les dons cachés) lorsque le trio emmène le petit cousin au parc d’attractions (à noter surtout le retour !), et également l’épisode n°31 (Quel couple étrange) où Kyosuke prend le train pour rejoindre Yusaku et Madoka aux chutes.

Le réseau ferré de Tokyo

Rumiko Takahashi, créatrice de Maison Ikkoku, a donné à chacun de ses personnages un nom correspondant à un quartier de Tokyo ou à un arrêt de métro dans Tokyo ; Rumiko Takahashi est très joueuse sur ce plan-là ! Cette remarque ne s’applique toutefois qu’à la version originale (Le Yusaku Godai de la V.O. s’appelant Hugo Dufour en français, il y a bien une rue du Général Dufour à Genève et un pont Marc-Dufour à Lausanne, mais il ne devrait pas y avoir de rapport !)

Prenez un plan du réseau métropolitain de Tokyo ! Sur la ligne Toei Mita (en bleu clair sur le plan), entre les stations de correspondances Sugamo et Suidobashi, il se trouve une station répondant au doux nom de… Kasuga !


Cliquez sur l'image pour l'angrandir (438 ko)

Pas très loin de là, sur la ligne voisine Tozai (bleu foncé) se trouve Waseda.

En outre, lors d’un voyage de Hugo à bord d’un train de banlieue, on peut apercevoir un panneau d’affichage publicitaire où l’on aperçoit clairement le portrait d’Hikaru.

Le blouson

Tout au long des 96 épisodes de Juliette, je t’aime, Hugo traîne une veste beige tendance pistache avec au dos (et en petit devant) l’inscription BOY’S AN NON. Dans les deux derniers épisodes de KOR (Voyage dans le passé / Les dimensions temporelles), Kyosuke porte sur ses épaules un blouson bleu portant la même inscription.



Ca monte, ça monte…

Si KOR revient souvent sur le grand escalier (99 ou 100 marches ?) on retrouve régulièrement Juliette et ses amis sur une grande rampe qu’il faut emprunter pour aller de la gare à la pension des Mimosas.


Cette rampe se retrouve parfois dans KOR, telle lorsque dans le monde parallèle de l’ultime épisode (Les dimensions temporelles), Kyosuke se fait poursuivre par deux policiers hors du commun : Komatsu et Hatta !

Les bars

Dans les deux séries on trouve un bar où tout le monde se réuni : le Chachamaru et l’Abcb, que l’on prononce d’ailleurs Abakabu (même terminaison !) (question 11 de la FAQ de KOR). Les deux bars présentent de nombreux points communs, mais ce genre d’établissements doit fleurir en Japon urbain. De telles similitudes doivent somme toutes être assez logiques.

Quant aux patrons, Georges et Louis, ils sont tous deux appelés Master dans la V.O. en référence aux gérants de pubs de Grande-Bretagne.

Balançoires

Un grand merci à Bobo pour ce travelling qui m’a permis de rajouter une similitude.

Et enfin

Et bien sûr, aussi bien dans Juliette, je t’aime que dans KOR, lorsque le protagoniste rêve de sa dulcinée, il y a toujours un panneau, poteau électrique, parasite en tout genre, ou autre Jingoro qui le ramène vite fait à la réalité…

Voire même une gifle, largement méritée ou non !

A… Ayukawa ! [SLAP]

Stéphane

Décembre 2003

Le 10/10/2004 : sur ce lien, encore des similitudes avec Maison Ikkoku


Kimagure Orange Road est Copyright © Izumi Matsumoto/Shueisha/NTV/VAP/Toho/Studio Pierrot - 2003
Maison Ikkoku est Copyright © Rumiko Takahashi/Shogakukan Inc/Kitty Films and Fuji TV